S.N.T.P.C.T.
Adhérent à Euro-MEI - Bruxelles
10 rue de Trétaigne 75018 Paris
Syndicat National des Techniciens et Travailleurs de
la  Production  Cinématographique  et de  Télévision
Tél. 01 42 55 82 66
Télécopie 01 42 52 56 26


Courrier électronique : sntpct@wanadoo.fr
Syndicat professionnel fondé en 1937
– déclaré sous le N° 7564 –
représentativité du SNTPCT fixée en 2013 par les arrêtés du Ministère du Travail : Production cinématographique et de films publicitaires : 46.36 % / Production audiovisuelle : 32.87 % / Production de films d'animation : 39.71 %
Negociations 2010 ()

Négociations en cours de la Convention collective de la Production cinématographique

Communiqué du SNTPCT

 

Lettre détaillée que le syndicat a adressée à l'ensemble des Organisations de producteurs et de salariés participant à la Commission mixte

Projet de texte de Convention et de grilles de salaires proposé par l'API

PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE : Convention collective, grille des salaires minima ?
À QUAND L’ISSUE DES NÉGOCIATIONS ?


À la demande du SNTPCT, pour la troisième fois, en novembre 2009, l’APC, l’UPF et  l’API,  ont accepté de proroger l’application de la Convention collective et des grilles de salaires minima jusqu’au 31 décembre 2010.

Quant au SPI : c’est une opposition catégorique à l’existence de la Convention collective et notamment, à ses grilles de salaires minima. 

AU 1er JANVIER 2011 ?...           LA CONVENTION ET SES GRILLES DE SALAIRES MINIMA
NE SERAIENT PLUS APPLICABLES  ?


Pas davantage que pour les échéances précédentes, les ouvriers et les techniciens n’accepteront un vide conventionnel et salarial.

À cet effet, notre syndicat demande instamment qu’une nouvelle prorogation de la Convention et de ses grilles de salaires minima, réévalués au 1er janvier 2011
, nous soit signifiée par les syndicats de producteurs, garantissant la continuité d’application de la Convention et des grilles de salaires minima réévalués jusqu’à l’entrée en vigueur d’un accord se substituant aux textes de la Convention (ouvriers et techniciens) dénoncés par l’APC en 2007.
Aussi, sans cette prorogation, le SNTPCT sera contraint d’appeler l’ensemble des ouvriers et techniciens à des actions de grève.

DEPUIS 5 ANS, OÙ EN EST-ON DES NÉGOCIATIONS AUJOURD’HUI ?

Jusqu’à fin juin, les négociations étaient menées au nom de l’ensemble des différents syndicats de producteurs sous l’égide de l’APC en sa qualité de signataire des textes de la Convention de la Production cinématographique.

Ces négociations, depuis 5 ans, piétinent et sont bloquées.

LE PROJET DE L’API :

Établit une proposition de texte de convention spécifiquement applicable aux seuls ouvriers et techniciens de la production cinématographique,

Et propose de négocier indépendamment :

    le texte conventionnel applicable aux artistes et aux acteurs de complément,

    et un texte conventionnel spécifique applicable aux salariés liés à l’activité permanente des entreprises de production.

Cette structuration conventionnelle en trois parties est la seule, institutionnellement, socialement et conventionnellement cohérente.
(Il s’inscrit au contraire de la structuration proposée par l’APC, noyant dans un seul et même texte les dispositions conventionnelles applicables aux techniciens, et celles applicables aux artistes et aux salariés liés à l’activité permanente des entreprises.)

Garantit l’application des différents taux de majorations de salaires, jours fériés, dimanches, travail de nuit, et pour les heures supplémentaires, au-delà de 48 heures, proposent de les majorer à 75 %.

Et prévoit que l’indemnisation des heures de transport entre le lieu de tournage et le lieu de rendez-vous s’applique indifféremment aux ouvriers et aux techniciens (l’APC propose d’indemniser les heures de transport seulement au-delà d’une heure).

Pour la journée de solidarité instituée par la Loi :
Le texte précise que la durée de solidarité imputée aux ouvriers et techniciens sera proportionnelle à la durée de leur emploi.
(Le projet de l’APC propose que le lundi de Pentecôte soit décompté comme journée de solidarité, ce qui fait payer à ceux qui travaillent ce jour là 7 heures de salaires, qu’elle qu’est été leur durée d’emploi dans l’année).

SALAIRES MINIMA :

L’API accepte que soit pris en charge en totalité le taux de la cotisation prévoyance pour les non-cadres à compter du 1er janvier 2014, ainsi qu’il en est pour les cadres, mettant ainsi un terme à une injustice sociale flagrante (ce qui est une vieille revendication du syndicat).

L’API, conformément aux dispositions de l’accord sur le Comité Central interentreprises d’Hygiène et de Sécurité du 17 décembre 2007, propose que les élections des représentants  des Organisations syndicales de salariés audit comité ait lieu au plus tard dans le courant du mois de mars 2011 et que ces élections aient lieu tous les 4 ans.

La loi d’août 2008 déterminant la représentativité des organisations syndicales en référence aux élections dans les entreprises des membres du comité d’entreprise, ne pouvant trouver d’application dans notre branche d’activité, ces élections constituent une adaptation de la loi qui transpose le moyen de mesurer la représentativité des organisations syndicales de salariés et permettra une application des principes posés par la loi.
La loi sur la représentativité des organisations syndicales de salariés doit trouver pour notre branche une application et permettre aux ouvriers et techniciens de la production de choisir entre les différentes organisations syndicales, celles qui les représenteront.

Dans le texte de la Convention propre aux ouvriers, techniciens et réalisateurs, l’API propose un projet d’intéressement aux recettes :

(Le projet de l’APC propose que le montant de la prime qui serait ajoutée à la moitié du salaire minimum puisse être investie « en participation », pour certains films choisis ou non par une commission ad hoc.
Le montant de la prime ainsi investi serait remboursé sur les recettes nettes part producteur à raison de 92 % pour le producteur délégué et 7 à 8 % que se partageront les membres de l’équipe technique - 
Sans commentaire.)

L’API a communiqué à l’ensemble des syndicats de producteurs et de salariés son projet qui sera soumis à la négociation lors de la prochaine réunion de la Commission Mixte fixée au 19 novembre.
Au regard du projet soumis sous l’égide de l’APC, c’est le projet de convention proposé par l’API qui seul, pour le SNTPCT, constitue la base d’un texte de révision de la Convention des ouvriers, techniciens et réalisateurs de la Production cinématographique.

SUR LA BASE DU TEXTE DE L'API, le SNTPCT demande de revoir et de négocier les points suivants :

À propos du projet d’institution d’un accord d’intéressement aux recettes :

Même si les conditions de remboursement des sommes investies par les techniciens ne sont pas inintéressantes, soulignons que c’est le montant du salaire et des indemnités Assedic que perçoivent les ouvriers et techniciens qui leur garantit leurs conditions de vie de manière certaine.

Et au-delà de la question de la légalité d’un tel système, le SNTPCT rappelle que  :
« Si parfois certaines entreprises de production rencontrent des difficultés pour assurer le financement de certains films pour lesquels elles n’ont pas été à même de trouver des investisseurs intéressés par leur projet ou de crédits accordés par un organisme de crédit, le manque de financement de ces films devrait faire l’objet d’un dispositif de prêt remboursable sans intérêts, institué dans le cadre des soutiens financiers du CNC et concernant strictement le montant des salaires des techniciens, sachant que celui-ci ne représente en moyenne que 20 % du coût des films.
Et que 20 % – ou même 25 % – de diminution des salaires ne représentent qu’une diminution de 4 % du coût des films.
Le CNC, en contrepartie de cette ligne de prêt ainsi consentie au producteur, exigerait une quote-part des recettes du film dans le cadre d’une délégation de recettes précisant les modalités de ce remboursement. 
En effet, s’il convient de promouvoir à titre exceptionnel une aide financière à certains producteurs pour pallier à leurs difficultés de financement, nous considérons que c’est dans le cadre du CNC qu’il convient de l’assurer et non en demandant aux techniciens de gager une partie de leurs salaires. »

UNE ÉTAPE HISTORIQUE

Durant ces cinq dernières années, grâce à l’action conduite par les ouvriers et techniciens membres du SNTPCT, et grâce aux moyens financiers des cotisations qu’ils versent au syndicat, et avec l’adhésion de la grande majorité des ouvriers et techniciens,
Nous avons imposé aux syndicats des producteurs le maintien de l’application de la Convention collective et de ses grilles de salaires minima.

Aujourd’hui, nous devons, dans les prochaines semaines, conclure la négociation par la signature d’un accord conventionnel se substituant aux textes des Conventions signées le 30 avril 1950 pour les techniciens et le 1er août 1960 pour les travailleurs qui ont été dénoncées par l’APC en 2007, et soumis à extension par le Ministère du travail.

NOUS NE SOMMES PAS ENCORE ARRIVÉS AU TERME DE LA NÉGOCIATION : à ce jour nous ignorons, parmi les Syndicats de Producteurs, ceux qui se rallieront au texte proposé par l’API.
Aussi, nous nous devons de rester disposés à engager le cas échéant les formes d’actions nécessaires pour obtenir un texte conventionnel signé en bonne et due forme par la majorité des syndicats de producteurs.
Soulignons que le nombre de signatures d’organisations syndicales de producteurs est une condition importante à l’obtention par le Ministère du travail de l’extension de la Convention, au sens où elle implique l’extension des dispositions dérogatoires au Code du travail concernant notamment les durées maximales de travail.
C’est cette situation dérogatoire que le Ministère du travail, en 1973, a opposé à la demande d’extension de la Convention collective nationale de la Production cinématographique.
Qu’en sera-t-il aujourd’hui ?

Que l’on fasse partie ou non des cadres de production – directeur de production – directeur de la photographie – chef décorateur – chef monteur – chef machiniste – chef électricien, etc. – le salaire que nous négocions avec les producteurs est toujours fixé en référence au contrat collectif qu’est la Convention collective et sa grille de salaires que le syndicat négocie.

LA CONDITION À LA CONCLUSION DES NÉGOCIATIONS EN COURS PAR UN TEXTE CONVENTIONNEL GARANTISSANT NOTAMMENT NOS CONDITIONS DE RÉMUNERATION ACTUELLEMENT EN VIGUEUR,
C’EST CONSTITUER ENSEMBLE UN PUISSANT SYNDICAT PROFESSIONNEL

Paris, le 12 novembre 2010

 

Téléchargez le texte sous pdf

LE SYNDICAT
   
Revue de presse(Une expression artistique a nulle autre pareille)
    ÉCRAN TOTAL, pour son numéro 1000 paraissant le 11 juin 2014, a décidé de demander à un certain nombre de personnalités, dont le Dél ...

   
Assemblee generale(Resume du programme revendicatif et d action)
    RÉSUMÉ DU PROGRAMME REVENDICATIF ET D’ACTION Adopté à l’unanimité par l’ ...

   
Assemblee generale(Rapport moral)
ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 23 MARS 2013 RAPPORT MORAL LE SYNDICAT : 76 ANS D’EXISTENCE ET D’ACTION&he ...

CINÉMA PUBLICITÉ
   
Salaires(Salaires minima au 1er aout 2017)
___________________________________   Production cinématographique et Production de films publicitaires SALAIRES MINIMA AU 1ER AOÛT 20 ...

   
Texte de la convention(TEXTE DE LA CONVENTION COLLECTIVE DU 19 JANVIER 2012)
  CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE (TEXTE DE LA CONVENTION COLLECTIVE SIGNÉ LE 19 JANVIER ...

Réglem… CNC
   
Emploi(UNE EXIGENCE POUR SAUVEGARDER L'EMPLOI )
      Communiqué UNE EXIGENCE POUR SAUVEGARDER L'EMPLOI DANS LA PRODUCTION DES FILMS FRA ...

   
Emploi(Tribune : mettre fin a l'expatriation economique du tournage des films d'initiative francaise)
    Texte sous format pdf   - où le financement des films est assuré par la France, Ce ...

PRODUCTION AUDIOVISUELLE
   
SALAIRES(Salaires minima conventionnels Production audiovisuelle au 1er aout 2017 )
___________________________________ CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA PRODUCTION AUDIOVISUELLE PRODUCTION DE FILMS DE TÉLÉVISION ( - T ...

TÉLÉVISION
   
Conv Colltve Entreprises techniques (Negociation d'une revalorisation des salaires minima)
Prestation de service pour la Télévision Négociations relatives à la revalorisation des salaires minima   Le Ma ...

Assedic
   
Mission Intermittence 2014(Assurance chomage : contribution aux travaux de mission de concertation "intermittence")
    Assurance-chômage Deuxième contribution du SNTPCT adressée & ...

   
Mission Intermittence 2014(Deuxieme contribution du SNTPCT - Mission de concertation)
        ASSURANCE - CHÔMAGE - MISSION DE CONCERTATION DEUXIEME ...