S.N.T.P.C.T.
Adhérent à Euro-MEI - Bruxelles
10 rue de Trétaigne 75018 Paris
Syndicat National des Techniciens et Travailleurs de
la  Production  Cinématographique  et de  Télévision
Tél. 01 42 55 82 66
Télécopie 01 42 52 56 26


Courrier électronique : sntpct@wanadoo.fr
Syndicat professionnel fondé en 1937
– déclaré sous le N° 7564 –
représentativité du SNTPCT fixée en 2013 par les arrêtés du Ministère du Travail : Production cinématographique et de films publicitaires : 46.36 % / Production audiovisuelle : 32.87 % / Production de films d'animation : 39.71 %
Negociations 2010 (REVENDICATIONS DEPOSEES PAR LE SNTPCT LORS DE LA REUNION DE LA COMMISSION MIXTE)

PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE

Grâce à l’action initiée et conduite par le SNTPCT et la détermination des ouvriers et techniciens, les syndicats de producteurs :

    • Ont suspendu la mise en œuvre de la dénonciation de la Convention collective et des grilles de salaires minima que la Chambre Syndicale des Producteurs de Films (aujourd’hui A.P.C.) avait signifiée en mars 2007,

    • L’A.P.C., l’U.P.F. et l’A.P.I. maintiennent l’application de la Convention collective et des grilles de salaires minima ouvriers et techniciens jusqu’au 31 décembre 2010 :

Les extravagantes et exorbitantes tentatives de remise en cause de l’existence de la Convention collective et des salaires minima des ouvriers et techniciens, se trouvent ainsi remisées.

Maintenant, il est temps de conclure rapidement un Accord de révision et d’en obtenir son extension par le Ministère du travail, Accord :

    • GARANTISSANT le niveau des salaires minima actuels réévalués (1) et portant pour certaines fonctions une augmentation,
    • GARANTISSANT les différents taux de majorations de salaires ouvriers et techniciens existant actuellement dans la Convention collective : heures supplémentaires, travail de nuit, du dimanche, du samedi sur Paris Région parisienne, etc.
    • GARANTISSANT le paiement des heures de transport entre lieu de rendez-vous et lieu de tournage,
    • GARANTISSANT le décompte et le contrôle des heures de travail réellement effectuées (2),
    • GARANTISSANT le maintien de l’accord de revalorisation des salaires minima tous les semestres que notre syndicat a négocié et signé en 1984 avec la Chambre Syndicale des producteurs de Films, aujourd’hui A.P.C.,
    • FIXANT l’ensemble des titres et définitions de fonctions des ouvriers et techniciens qui ont été négociés et les classifications cadre / non cadre.

      (1) Les salaires minima doivent être sensiblement réévalués. Il s’agit de compenser notamment la perte de revenu que subissent les salariés de par le transfert de plus en plus important des dépenses de santé, amputant ainsi leurs conditions de vie.

      (2) Le Code du travail impose un décompte individuel et un contrôle de la durée journalière du travail fixant l’heure de début et l’heure de fin de la journée de travail.

        • Seul ce décompte individuel garantira le paiement des heures de travail réellement effectuées selon la fonction de chacun des ouvriers et techniciens,
        • C’est là la seule solution qui permettra et garantira aux Directeurs de production et aux producteurs de ne pas être poursuivis devant les tribunaux pour travail dissimulé.

        Les propositions de forfaits hebdomadaires, d’une durée variable  selon les fonctions, qui font l’objet de propositions des syndicats de producteurs ne constituent aucunement la solution du contrôle du nombre d’heures journalières de travail effectuées.

    LES REVENDICATIONS DEPOSÉES SUR LA TABLE DE NÉGOCIATION PAR LE SNTPCT

    LORS DE LA RÉUNION DE LA COMMISSION MIXTE QUI S’EST TENUE LE 8 JANVIER 2010

    Copie du courrier que nous avons adressé à la Présidente de la Commission mixte.

     Paris, le 7 janvier 2010

    Mme la Présidente de la Commission Mixte de la Production cinématographique,
    Veuillez trouver ci-après les propositions  de notre Organisation concernant notamment:

    • le décompte de la durée journalière de travail,
    • les grilles de salaires minima.

    Décompte de la durée journalière du travail

    Conformément aux dispositions du Code du travail,  un décompte individuel de la journée de travail s’impose, les heures de début et de fin de travail et la durée de la pause repas étant quotidiennement fixés.
    Ainsi qu’il est d’usage constant de remettre à chacun des ouvriers et techniciens une feuille de service précisant l’heure de convocation de la journée de travail de chacun des intéressés.
    Cette feuille de service doit comporter une case fixant l’heure de la fin de la journée de travail.
    Ce décompte doit être attesté par le Directeur de production ou un responsable désigné à cet effet.

    Grilles de salaires minima

    Ainsi que nous en avons fait part dans les propositions que nous avons présentées lors de la Commission mixte paritaire du 2 juin 2009,

    Ci-après, nos propositions de revalorisation des salaires minima base 39 heures actuellement en vigueur :

    • nous demandons une revalorisation uniforme de 80,00 euros base 39 heures pour toutes les fonctions ouvriers et techniciens
      Depuis 1975 les salaires minima n’ont subi aucune augmentation. À cette époque, les salaires réels pratiqués étaient en moyenne les minima majorés de 10 à 30 % et plus.
      La pratique actuelle étant l’application des minima sans considération d’expérience et d’ancienneté dans la fonction, nous demandons une revalorisation des minima actuels.

    • Indépendamment de cette revalorisation uniforme, nous demandons une revalorisation catégorielle supplémentaire pour certaines fonctions dont le montant figure en gras.

    • Également, nos propositions de salaires minima base 39 heures pour les nouvelles fonctions qui seront intégrées dans la grille de salaire.

TECHNICIENS (1)

Habilleur

920,00 €

Chef Maquilleur

1 249,72 €

Tapissière

920,00 €

1er Assistant Opérateur

1 289,39 €

Secrétaire de Production

1 014,17 €

Administrateur

1 289,39 €

Coiffeur

1 014,07 €

Peintre d'art, Décorateur exécutant

1 300,00 €

Maquilleur

1 014,07 €

Scripte

1 315,00 €

2è Assistant Réalisateur

1 020,17 €

1er Assistant Décorateur

1 354,21 €

Régisseur Adjoint

1 020,17 €

Ensemblier

1 354,21 €

Administ. adjoint (comptable)

1 020,17 €

Régisseur Général

1 470,00 €

2è Assistant Opérateur

1 020,17 €

1er Assistant Réalisateur

1 470,00 €

Monteur Adjoint

1 100,00 €

Cameraman

1 640,12 €

Photographe

1 205,39 €

Chef Monteur

1 806,89 €

Accessoiriste

1 205,39 €

Chef Opérateur du Son

1 806,89 €

Assistant du Son

1 210,42 €

Créateur de costumes

2 498,78 €

2è Assistant Décorateur

1 240,21 €

Directeur de Production

2 531,28 €

Tapissier - Décorateur

1 240,21 €

Chef Décorateur

2 531,28 €

Régisseur d'extérieurs

1 240,21 €

Directeur de la Photographie

2 564,66 €

Coiffeur - Perruquier

1 240,21 €

 

 


OUVRIERS

ÉQUIPE TOURNAGE

 

ÉQUIPE CONSTRUCTION (suite)

 

 

 

 

 

Machiniste - Electricien

925,41 €

Menuisier - Traçeur

1 088,95 €

Conducteur de Groupe

997,38 €

Staffeur - Conducteur de Groupe

1 088,95 €

Sous-Chef

 

Toupilleur - Maquettiste

1 158,14 €

Machiniste - Electricien

981,01 €

Sculpteur - Décorateur

1 185,41 €

Chef d'Equipe

 

Sous-Chef

 

Machiniste - Electricien

1 111,01 €

Machiniste - Electricien

1 066,16 €

 

 

Peintre

1 075,77 €

ÉQUIPE CONSTRUCTION

 

Menuisier - Staffeur

1 153,98 €

 

 

Chef d'Équipe

 

Machiniste - Electricien

996,16 €

Machiniste - Electricien

1 198,96 €

Peintre

1 038,97 €

Peintre

1 208,57 €

Maçon

993,51 €

Menuisier - Staffeur

1 250,38 €

Menuisier

1 037,98 €

Sculpteur

1 250,61 €

Peintre lettres faux-bois

1 088,95 €

Constructeur

1 415,60 €

Mécanicien - Serrurier

1 088,95 €

 

 


Propositions de salaires base 39 heures
pour les nouvelles fonctions devant être intégrées dans les grilles

Auxiliaire de régie cinéma

600,00 €

Assistant d’effets physiques cinéma

1 205,39 €

Auxiliaire de réalisation cinéma

600,00 €

Chef serrurier cinéma

1 231,60 €

2ème assistant monteur cinéma

600,00 €

Premier assistant costumes cinéma

1 354,00 €

Assistant au chargé de figura° cinéma

700,00 €

Illustrateur de décors cinéma

1 354,00 €

Couturier cinéma

700,00 €

Infographiste de décor cinéma

1 354,00 €

Chauffeur Véhicule léger cinéma

754,00 €

Repéreur cinéma

1 354,00 €

Assistant décorateur débutant cinéma

800,00 €

Conseiller à la distribu° artistique cinéma

1 404,20 €

Assistant comptable de produ° cinéma

800,00 €

Assistant mixeur cinéma

1 500,00 €

Chauffeur Véhicule lourd cinéma

850,00 €

Techn. d’appareils télécommandés Pdv Ciné.

1 500,00 €

Chef couturier costumes cinéma

920,00 €

Chef monteur son cinéma

1 806,89 €

 

(1) N.B. : Nous proposons que le montant des salaires minima ouvriers et techniciens actuellement existants soit réévalué forfaitairement de 80 € base 39 heures,
Les fonctions figurant en gras font l’objet d’une revalorisation catégorielle spécifique.

Régisseur de costumes cinéma

950,00 €

Ingénieur de la vision cinéma

1 806,89 €

Rippeur de décors cinéma

950,00 €

Cadreur spécialisé (steadicam)

1 900,00 €

Assistant scripte cinéma

1 020,17 €

Créateur costumes contemporains cinéma

1 900,00 €

Technicien retour image cinéma

1 020,17 €

Ensemblier Décorateur cinéma

1 900,00 €

2ème assistant costumes cinéma

1 020,17 €

Coordinateur post-production cinéma

2 531,28 €

Assistant conseiller à la distribu° cinéma

1 020,17 €

Conseiller technique à la réalisation

2 564,66 €

Répétiteur (coach)

1 020,17 €

Mixeur cinéma

2 564,66 €

Patineur costume cinéma

1 020,17 €

Technicien réalisateur 2ème équipe cinéma

2 564,66 €

Chargé de figuration cinéma

1 200,00 €

Superviseur d’effets physiques cinéma

2 700,00 €

Chef d’atelier costumes cinéma

1 160,00 €

Réalisateur documentaire cinéma

2 564,66 €

Responsable des enfants

1 200,00 €

Réalisateur metteur en scène cinéma

2 800,00 €

Animatronicien

1 205,39 €

 

 

Veuillez agréer, Madame la Présidente, l’expression de nos salutations cordiales.
Pour la Présidence…


Ouvriers et techniciens, c’est par le rassemblement dans le syndicat professionnel qu’est le SNTPCT, que nous nous ferons respecter et ferons respecter nos droits et nos salaires

LA CONVENTION COLLECTIVE ET LES SALAIRES MINIMA DOIVENT ÊTRE APPLIQUÉS SUR TOUS LES FILMS SANS EXCEPTION

Les conditions de vie des ouvriers et techniciens sont assurées par le salaire qu’ils perçoivent de l’exercice de leur métier.

Les films dont le producteur délégué n’a pas été capable de réunir les conditions de financement nécessaires à leur réalisation et pour lesquels il demande aux ouvriers et techniciens de se substituer à sa défaillance en abaissant leurs salaires, ou pire, en abandonnant une partie de son montant en contrepartie de recettes hypothétiques, c’est illégal, ça suffit !

Ces « producteurs » qui, en réalité, ne le sont que de nom, vu qu’ils ne sont pas en mesure d’assumer les responsabilités sociales et économiques qui incombent à toute entreprise, déconsidèrent et nuisent à l’activité des autres producteurs.

C’est le CNC, par la réforme de l’agrément qu’il a institué en 1999, qui a permis que se multiplie le nombre de films se tournant en catimini, en dehors de tout contrôle et dans n’importe quelle condition financière, technique et artistique, et sociale.

Cette dérégulation de l’encadrement des entreprises de production déléguée, a jeté un discrédit sur les Entreprises de production et sur le cinéma français.
La production d’un film n’est pas une activité qui relève du bénévolat et de l’amateurisme.

Dans tous les cas, la réalisation d’un film, quel que soit son devis, doit être financée à la hauteur de ses ambitions technico-artistiques,
et son financement doit être garanti, justifié et contrôlé par le CNC préalablement au tournage.
C’est une condition déontologique élémentaire et, dans le même temps, c’est la condition à l’existence d’une cinématographie diversifiée et viable économiquement, répondant à l’exigence des spectateurs.

Si le Ministère de la Culture et le CNC admettent, au mépris du Code du travail, le fait que des films puissent se tourner sans que soit garanti le financement des salaires des ouvriers et techniciens et, tout simplement, le financement globalement nécessaire à leur réalisation,
c’est au Ministre de la Culture et au CNC, comme nous l’avons proposé, d’instituer une ligne de crédit prise sur la part du soutien générée par l’exploitation des films étrangers, ligne de crédit ouverte aux producteurs à un taux nul, mais subordonnée en contrepartie à un remboursement sur la totalité du Fonds de soutien et jusqu’à remboursement total, proportionnellement, sur l’ensemble des recettes d’exploitation du film.

Charger le document au format pdf
LE SYNDICAT
   
Revue de presse(Une expression artistique a nulle autre pareille)
    ÉCRAN TOTAL, pour son numéro 1000 paraissant le 11 juin 2014, a décidé de demander à un certain nombre de personnalités, dont le Dél ...

   
Assemblee generale(Resume du programme revendicatif et d action)
    RÉSUMÉ DU PROGRAMME REVENDICATIF ET D’ACTION Adopté à l’unanimité par l’ ...

   
Assemblee generale(Rapport moral)
ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 23 MARS 2013 RAPPORT MORAL LE SYNDICAT : 76 ANS D’EXISTENCE ET D’ACTION&he ...

CINÉMA PUBLICITÉ
   
Salaires(Salaires minima au 1er aout 2017)
___________________________________   Production cinématographique et Production de films publicitaires SALAIRES MINIMA AU 1ER AOÛT 20 ...

   
Texte de la convention(TEXTE DE LA CONVENTION COLLECTIVE DU 19 JANVIER 2012)
  CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE (TEXTE DE LA CONVENTION COLLECTIVE SIGNÉ LE 19 JANVIER ...

Réglem… CNC
   
Emploi(UNE EXIGENCE POUR SAUVEGARDER L'EMPLOI )
      Communiqué UNE EXIGENCE POUR SAUVEGARDER L'EMPLOI DANS LA PRODUCTION DES FILMS FRA ...

   
Emploi(Tribune : mettre fin a l'expatriation economique du tournage des films d'initiative francaise)
    Texte sous format pdf   - où le financement des films est assuré par la France, Ce ...

PRODUCTION AUDIOVISUELLE
   
SALAIRES(Salaires minima conventionnels Production audiovisuelle au 1er aout 2017 )
___________________________________ CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA PRODUCTION AUDIOVISUELLE PRODUCTION DE FILMS DE TÉLÉVISION ( - T ...

TÉLÉVISION
   
Conv Colltve Entreprises techniques (Negociation d'une revalorisation des salaires minima)
Prestation de service pour la Télévision Négociations relatives à la revalorisation des salaires minima   Le Ma ...

Assedic
   
Mission Intermittence 2014(Assurance chomage : contribution aux travaux de mission de concertation "intermittence")
    Assurance-chômage Deuxième contribution du SNTPCT adressée & ...

   
Mission Intermittence 2014(Deuxieme contribution du SNTPCT - Mission de concertation)
        ASSURANCE - CHÔMAGE - MISSION DE CONCERTATION DEUXIEME ...