S.N.T.P.C.T.
Adhérent à Euro-MEI - Bruxelles
10 rue de Trétaigne 75018 Paris
Syndicat National des Techniciens et Travailleurs de
la  Production  Cinématographique  et de  Télévision
Tél. 01 42 55 82 66
Télécopie 01 42 52 56 26


Courrier électronique : sntpct@wanadoo.fr
Syndicat professionnel fondé en 1937
– déclaré sous le N° 7564 –
représentativité du SNTPCT fixée en 2013 par les arrêtés du Ministère du Travail : Production cinématographique et de films publicitaires : 46.36 % / Production audiovisuelle : 32.87 % / Production de films d'animation : 39.71 %
Animation 2014 (STORY-BOARD : METTRE UN TERME AUX PRATIQUES DE TRAVAIL DISSIMULE)

 


 

 

Production de films d’animation


STORY-BOARD : METTRE UN TERME AUX PRATIQUES DE TRAVAIL DISSIMULÉ

 

Texte au format pdf

 

Lors des réunions d’information qu’ont organisées les salariés de l’animation organisés au sein du SNTPCT l’an dernier, les problèmes et les difficultés professionnelles des story-boarders ont été largement évoqués.

 

Ces problèmes ont atteint un tel niveau dans ce métier, qu’il nous est apparu indispensable de nous en saisir, et d’essayer d’y trouver ensemble des réponses. C’est pourquoi en avril 2013 nous avions convié tous les story-boarders à une réunion d’information et d’échange sur les problèmes que nous rencontrons, et les solutions à y apporter.

 

Suite à ces réunions, le secteur animation du SNTPCT a lancé une large consultation pour interroger les story-boarders sur leurs conditions de travail et de revenus.

 

Nous avons reçu près d’une centaine de réponses qui ont confirmé nos craintes :

- Plus de 76% des story-boarders reconnaissent ne pas tenir les délais qui leur sont impartis pour faire les story-boards.

Cette proportion indique clairement qu’il ne s’agit pas d’un problème de compétence, mais bien d’une sous-évaluation du temps nécessaire pour effectuer le travail demandé.


Ces dépassements ne sont pas négligeables : ils vont couramment de 2 à 6 jours pour un épisode de 7 mn, de 2 à 10 jours pour ceux de 13 mn et de 26 mn, et peuvent parfois atteindre le double du temps prévu !

Par ailleurs, entre un tiers et la moitié des story-boarders reconnaissent travailler les week-ends pour arriver à respecter la date de livraison.


Quand on constate par ailleurs que :

- 100% de ces dépassements ne sont pas payés !

On comprend alors qu’il ne s’agit pas d’une mauvaise estimation de la quantité de travail par les producteurs, mais bien d’une stratégie de réduction des salaires et des coûts de production sur le dos des salariés.

Les studios qui font travailler les story-boarders dans ces conditions se rendent tout simplement coupables de travail dissimulé, et encourent non seulement des poursuites pénales – ces employeurs délinquants risquent des peines de prison – mais également des redressements URSSAF qui pourraient les condamner à la fermeture !

 

- Plus grave :

Car en se mettant eux-mêmes hors-la-loi, ces employeurs font courir un risque considérable aux salariés qu’ils font travailler dans ces conditions :

- Non seulement ceux qui parmi eux perçoivent des indemnités ASSEDIC pourraient se voir radier de l’assurance-chômage, puisqu’ils sont toujours dans l’emploi dans le même temps où ils sont allocataires,


- mais en plus ils pourraient se voir demander le remboursement des allocations perçues !


Dans ce jeu de dupes, les storyboarders perdent sur tous les tableaux :

- D’une part ils sont moins payés,

- D’autre part ils perdent une partie des droits au chômage car leurs heures de travail ne sont pas prises en compte. Ils doivent donc travailler d’avantage pour atteindre le seuil des 507 heures.

Et nous ne parlons même pas des heures supplémentaires qui ne sont pas payées.

Nous ne disons pas qu’elles ne sont pas majorées, nous disons bien qu’elles ne sont pas payées du tout !

Enfin, c’est un manque à gagner considérable pour ce qui concerne leurs cotisations retraites, leurs cotisations chômage : autant de revenus à venir qu’ils ne percevront jamais.

Beaucoup de ceux qui nous ont dit arriver à livrer leur travail en temps voulu reconnaissent qu’ils doivent travailler des semaines de 6 jours, voire 7, et faire des journées de plus de 8h. Comme les studios se gardent bien de mettre en place un système auto-déclaratif des heures, ces heures-là ne sont pas payées non plus !

- Enfin leurs employeurs les mettent dans l’illégalité vis-à-vis de l’assurance chômage !

 

Cette situation qui fait courir un risque social et juridique est inacceptable et spolie les salariés à tout point de vue.

Elle doit cesser immédiatement !

Paris, le 27 avril 2014

 

 

 


 

LE SYNDICAT
   
Revue de presse(Une expression artistique a nulle autre pareille)
    ÉCRAN TOTAL, pour son numéro 1000 paraissant le 11 juin 2014, a décidé de demander à un certain nombre de personnalités, dont le Dél ...

   
Assemblee generale(Resume du programme revendicatif et d action)
    RÉSUMÉ DU PROGRAMME REVENDICATIF ET D’ACTION Adopté à l’unanimité par l’ ...

   
Assemblee generale(Rapport moral)
ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 23 MARS 2013 RAPPORT MORAL LE SYNDICAT : 76 ANS D’EXISTENCE ET D’ACTION&he ...

CINÉMA PUBLICITÉ
   
Salaires(Salaires minima au 1er janvier 2016 ?)
      CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET DE FILMS ...

   
Texte de la convention(TEXTE DE LA CONVENTION COLLECTIVE DU 19 JANVIER 2012)
  CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE (TEXTE DE LA CONVENTION COLLECTIVE SIGNÉ LE 19 JANVIER ...

Réglem… CNC
   
Emploi(UNE EXIGENCE POUR SAUVEGARDER L'EMPLOI )
      Communiqué UNE EXIGENCE POUR SAUVEGARDER L'EMPLOI DANS LA PRODUCTION DES FILMS FRA ...

   
Emploi(Tribune : mettre fin a l'expatriation economique du tournage des films d'initiative francaise)
    Texte sous format pdf   - où le financement des films est assuré par la France, Ce ...

PRODUCTION AUDIOVISUELLE
   
SALAIRES(Les salaires minima conventionnels)
        CONVENTION COLLECTIVE DE LA PRODUCTION AUDIOVISUELLE TÉL&Eacu ...

TÉLÉVISION
   
Conv Colltve Entreprises techniques (Negociation d'une revalorisation des salaires minima)
Prestation de service pour la Télévision Négociations relatives à la revalorisation des salaires minima   Le Ma ...

Assedic
   
Mission Intermittence 2014(Assurance chomage : contribution aux travaux de mission de concertation "intermittence")
    Assurance-chômage Deuxième contribution du SNTPCT adressée & ...

   
Mission Intermittence 2014(Deuxieme contribution du SNTPCT - Mission de concertation)
        ASSURANCE - CHÔMAGE - MISSION DE CONCERTATION DEUXIEME ...