S.N.T.P.C.T.
Adhérent à Euro-MEI - Bruxelles
10 rue de Trétaigne 75018 Paris
Syndicat National des Techniciens et Travailleurs de
la  Production  Cinématographique  et de  Télévision
Tél. 01 42 55 82 66
Télécopie 01 42 52 56 26


Courrier électronique : sntpct@wanadoo.fr
Syndicat professionnel fondé en 1937
– déclaré sous le N° 7564 –
représentativité du SNTPCT fixée en 2013 par les arrêtés du Ministère du Travail : Production cinématographique et de films publicitaires : 46.36 % / Production audiovisuelle : 32.87 % / Production de films d'animation : 39.71 %
Emploi (Communique de presse : credit d'impot cinema)

 


 

 

CRÉDIT D’IMPÔT CINÉMA

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

diffusé largement auprès des parlementaires

 

Texte sous format pdf

 

Vu les délocalisations systématiques supprimant notamment les emplois des ouvriers et techniciens sur les films d’initiative française :

- où les producteurs et les coproducteurs que sont les sociétés de diffusion de télévision délocalisent et expatrient les tournages,

- pour mettre à profit le bénéfice des crédits d’impôts étrangers, et notamment celui des tax-shelters en Belgique,

- et qui consistent à exporter et expatrier à l’étranger des dizaines de millions d’euros de dépenses :

- exportées et expatriées les dépenses d’emploi des ouvriers et techniciens,

- exportés et expatriés les salaires des ouvriers, des techniciens, des artistes, et des impôts afférents,

- exporté et expatrié le paiement des cotisations sociales,

- exportés et expatriés les coûts de la construction des décors, de la réalisation des costumes, de l’activité de nos Industries techniques et de nos studios,

 

Le projet de loi de finance adopté par le Gouvernement constitue pour la Production cinématographique le moyen d’assurer et de garantir en France l’existence sociale et professionnelle des ouvriers et des techniciens, et artistes qui concourent à la notoriété du Cinéma français et au maintien de l’activité de nos entreprises d’Industries techniques :

- le crédit d’impôt n’étant plus plafonné aux seuls films dont le devis est inférieur à 4 millions d’euros et 7 millions d’euros au 1er janvier 2016,

- et réévaluant le taux de crédit d’impôt de 20 à 30 %,

 

instituera pour la production cinématographique française une mesure mettant un terme à la concurrence financière fiscale existant au détriment de la France.

 

 

Rappelons qu’1 euro de crédit d’impôt génère 11 euros d’activité et génère 3 euros en impôts et en charges sociales. Et que le code des impôts plafonne à moins de 1 million d’euros la rémunération des artistes, des réalisateurs et des producteurs prise en compte dans le crédit d’impôt.

 

Dans le texte du projet de loi de finance, il est précisé que le Crédit d’impôt s’applique – sous certaines conditions – aux films tournés dans une langue étrangère. Préalablement, le Crédit d’impôt national réservait son application aux seuls films tournés en langue originale française.

 

Nous considérons que les tournages en version originale française doivent demeurer et être préservés comme élément institutionnel et réglementaire du Fonds de soutien et de l’expression du cinéma français.

 

Le Fonds de soutien institué par l’État après la Libération a constitué et constitue le fondement institutionnel, économique et financier de l’existence de notre Industrie de production cinématographique et du rayonnement du Cinéma français.

Aussi, nous considérons qu’il est indispensable de compléter le texte actuel du projet de loi de finance par la disposition suivante :

- pour les films d’initiative française réalisés en langue étrangère, le Fonds de soutien généré par l’exploitation de ces films ne peut être investi que dans des films tournés en version originale française.

 


Les enjeux sont économiques et sociaux, mais aussi culturels et conditionnent le rayonnement du Cinéma français en Europe et dans le monde.

 


Nous remercions Mesdames et Messieurs les Députés, Mesdames et Messieurs les Sénateurs, d’adopter sans réserve le projet de loi de finance relatif au crédit d’impôt cinéma et l’amendement sauvegardant le tournage des films d’initiative française en version originale française.


Paris, le 12 octobre 2015

 


 

 

LE SYNDICAT
   
Revue de presse(Une expression artistique a nulle autre pareille)
    ÉCRAN TOTAL, pour son numéro 1000 paraissant le 11 juin 2014, a décidé de demander à un certain nombre de personnalités, dont le Dél ...

   
Assemblee generale(Resume du programme revendicatif et d action)
    RÉSUMÉ DU PROGRAMME REVENDICATIF ET D’ACTION Adopté à l’unanimité par l’ ...

   
Assemblee generale(Rapport moral)
ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 23 MARS 2013 RAPPORT MORAL LE SYNDICAT : 76 ANS D’EXISTENCE ET D’ACTION&he ...

CINÉMA PUBLICITÉ
   
Salaires(Salaires minima au 1er janvier 2016 ?)
      CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET DE FILMS ...

   
Texte de la convention(TEXTE DE LA CONVENTION COLLECTIVE DU 19 JANVIER 2012)
  CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE (TEXTE DE LA CONVENTION COLLECTIVE SIGNÉ LE 19 JANVIER ...

Réglem… CNC
   
Emploi(UNE EXIGENCE POUR SAUVEGARDER L'EMPLOI )
      Communiqué UNE EXIGENCE POUR SAUVEGARDER L'EMPLOI DANS LA PRODUCTION DES FILMS FRA ...

   
Emploi(Tribune : mettre fin a l'expatriation economique du tournage des films d'initiative francaise)
    Texte sous format pdf   - où le financement des films est assuré par la France, Ce ...

PRODUCTION AUDIOVISUELLE
   
SALAIRES(Les salaires minima conventionnels)
        CONVENTION COLLECTIVE DE LA PRODUCTION AUDIOVISUELLE TÉL&Eacu ...

TÉLÉVISION
   
Conv Colltve Entreprises techniques (Negociation d'une revalorisation des salaires minima)
Prestation de service pour la Télévision Négociations relatives à la revalorisation des salaires minima   Le Ma ...

Assedic
   
Mission Intermittence 2014(Assurance chomage : contribution aux travaux de mission de concertation "intermittence")
    Assurance-chômage Deuxième contribution du SNTPCT adressée & ...

   
Mission Intermittence 2014(Deuxieme contribution du SNTPCT - Mission de concertation)
        ASSURANCE - CHÔMAGE - MISSION DE CONCERTATION DEUXIEME ...